Poète Marieka-p

Poète Marieka-p

Sénile,

Sénile,

 

 

C’était un soir en plein hiver

Je marchais seul sur le sentier

Avec mon cœur en bandoulière

Je  cherchais ou me reposer,

 

Apres milles pas épuisés

Tout près d’un arbre centenaire

Sous un silence bien singulier

J’avais perdu tous mes repères,

 

Ma mémoire allait en exile

Avec mon sac de souvenirs

En laissant mon esprit sénile

Dans la froidure du Zéphire,

 

Des hommes en blancs étaient venus

Sous ce grand chêne majestueux

Avec des mots bien ambigus

Que ma raison très capricieuse

 

Avait laissée dans  l’ignorance,

Les yeux hagards le cœur blessé

Embrigadé dans l’ambulance

Je fus reconduit dans les allées

 

Des murs sombres du mouroir,

Ou d’autres âmes détenues

Attendaient là le sceptre noir

Pour le voyage vers l’inconnu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi