Poète Marieka-p

Poète Marieka-p

Quand j’étais clown,


 rose4.jpg

 

Amuseur de public je faisais rire les foules,

Un peux excentrique avec mon chapeau boule

Des rires à chaudes larmes devant mes cabrioles

Des visages qui m’acclament, je me sentais frivole

Je voyais dans leurs yeux la lueur de leur cœur

Ça me rendait heureux de voir tout ce bonheur

Sous le chapiteau bleu qui m'avait vu grandir

Je leur fis mes adieux justes avant de vieillir,

Des roulements de tambours des tonnes de souries

Des baisers sur ma joue juste avant de partir,

J'ai gardé dans mon cœur toutes ces âmes d'enfants

Qui ont fait le bonheur de mes jours d'antan

Mes yeux devenu gris ne font plus rire personne

Je tombe dans l'oubli avec mes cabrioles.

 



27/03/2014
1 Poster un commentaire