Poète Marieka-p

Poète Marieka-p

L’homme au chapeau,

L'homme au chapeau,

 

C’était hier, le soir de st Silvestre

Il était là, barbe rude, poile gris,

Assis, en tailleur sous le ciel de nuit

Les passants passaient, sans regarder l’être,

 

 L’esprit bien trop occupés, enivrés

Par l’odeur des marrons et du vin chaud,

Des vitrines enjolivées de cadeaux

Des rues enguirlandées, illuminées.

 

Il était là, sous son manteau mité

On aurait cru voir un bonhomme de cire,

Blanc comme neige, visage sans sourire

Sous son chapeau percé, regard gelé,

 

Sous les yeux gris du miséreux, il pleut.

Seul l’enfant peut apercevoir cette eau

Qui conduit au cœur du précieux berceau,

Celui de la vie, de l’amour, de dieu.

 

 Il était là, sur le pavé glacé,

Quand une enfant blonde lui tendit la main,

Pour toi, dit-elle à l’homme au galurin.

Sur le visage de cire du vieux pépé

 

Perles de gouttes d’eau, d’émoi, d’amour,

Pour un petit cœur au creux de sa main,

 Des marrons chaud, du pain, un verre de vin.

  Geste de grâce, spontané sans retour.

 

Le vieux bonhomme sourit à l’enfant blonde

Merci petit ange, de ta bienveillance

Tu es petite, mais grande en conscience,

Tu es l’évidence d’un nouveau monde.

 

 

 

 

 



28/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi