Poète Marieka-p

Poète Marieka-p

Texte n°3 et 4

 

 

 

 

N° 3 : Le trésor de Djim,

 

 

 

Apres les retrouvailles, un matin, Tomi était allé rendre visite à sa petite amie Miss, car ce jour-là elle partait avec Lili chez sa grand-mère. Après un dernier baiser sur le bout du nez de sa douce, notre petit chat était triste et se sentait déjà abandonné. Il rentra chez lui et se mit à jouer avec les papillons dans le jardin. Il s’ennuyait et puis il n’avait pas vu le bout du nez de Djim et de Charli, depuis un certain temps. Charli !se disait-il. Il doit passer son temps dans son panier, à déguster quelques croquettes. Quant à Djim, celui-là, allez savoir où il peut vadrouiller. Djim habitait dans la ruelle des hirondelles et depuis quelques semaines il réfléchissait, le jour et même la nuit.  Il avait appris par un de ses amis du quartier, une histoire. Un trésor, qui serait caché la- bas, au pied du château, sur le mont  st Timo. Pour s’y rendre, il fallait emprunter un pont en très mauvais état et pour arriver au château, un chemin escarpé.

Djim aurait bien tenté l’aventure, mais il n’était pas rassuré et à son âge pas question de partir seul. C’est  alors qu’il décida d’aller en parler avec Tomi. Plus jeune, Tomi était prêt à tout et  fut ravi de la proposition de son ami. Les deux amis s’équipèrent de sac à dos, rempli de victuaille et d’une pelle. En route pour l’aventure. Arrivée au pied du pont, Tomi s’était engagé le premier, suivi de Djim, qui n’était pas très rassuré sur ce pont qui ne tenait qu’à un fil. Il posa une patte, puis une autre, arrivée à mi-chemin, Djim bascula et une de ses pattes le retenait au pont. Tomi affolé dit à Djim :

 _Surtout ne bouge pas d’un poil, j’arrive.

 

Le vieux chat de gouttière en avait vu de toutes les couleurs dans sa vie, mais cette fois ci, il était dans une sale posture. Tomi arriva à sa hauteur.

_Accroche toi à ma patte et sur tout tient bon.

 

Le jeune Tomi remonta son ami, qui poussa un ouf de soulagement. Au bout du pont, le château était indiqué sur une pancarte. Les deux chats s’engagèrent sur le chemin escarpé. Mais ce que Djim ignorait, c’était que la légende parlait d’un monstre, qui  vivait dans les profondeurs la forêt. Au trois quart de leur route, ils entendirent un bruit ?

_Quesque c’est ? dit Tomi.

 

Tout d’un coup, sorti de nul par, apparu devant leur yeux écarquillés et apeurés, un gigantesque oiseau au plumage bleu, qui n’avait rien d’un monstre, mais à qui il manquait une aile. Les deux chats s’étaient mis en boule, tremblant comme des feuilles mortes. L’oiseau lés regarda et leur raconta comment il était arrivé là.

_j’ai perdu mon aile, il y a bien longtemps, c’était un soir d’orage, je vivais encore au château.

Bouche bée Tomi et Djim l’écoutaient avec beaucoup d’attention.

_Un éclair m'a frappé et mon aile s’est brisée.

Tomi qui n’avait pas sa langue dans sa poche.

_Pourquoi te caches tu dans la forêt ?

_Autre fois, j’étais roi du château, mais après cet accident, mon peuple m’a renié et je fus exilé dans cet endroit.

_Peut -on faire quelque chose pour toi ! Pour que tu puises rentrer au château et reconquérir ton peuple.

 

_Il y a bien une solution.

_A oui ! Quelle est-elle. dit Tomi.

_L’oiseau de cristal, on dit qu’il possède le pouvoir.

 

Djim pressé que l’oiseau bleu retrouve son aile.

_Ou est cet oiseau ?

_D’après les sages du château, il se trouverait tout près de l’étang.

 

Les chats absorbés par le récit, en avaient oubliés le trésor. Ils étaient  partis à la recherche de l’oiseau de cristal. Pendant ce temps, l’oiseau bleu épuisé s’endormit au bord de l’étang. Avec leur pelle Tomi et Djim creusèrent des trous de droite à gauche, mais rien, pas la moindre trace. Tout d’un coup Djim s’écria :

_Tomi, Tomi, vite je crois que j’ai quelque chose.

 Tomi rappliqua à toute vitesse.

_Tu as raison, allons creusons.

 

Et là, dans un trou pas plus haut qu’une boite à chaussure, on pouvait distinguer un coffret, Tomi l’attrapa. Il l’ouvrit et à l’intérieur un petit paquet de couleur pourpre, ficelé d’un ruban d’or. Tomi laissa à Djim le soin de l’ouvrir, devant leurs yeux brillaient, ils découvraient  l’oiseau de cristal. Tomi mit l’oiseau dans son sac et les deux amis firent demi-tour, pour aller annoncer la bonne nouvelle à leur ami. Arrives au repère de l’oiseau bleu, Tomi pressé, sorti le cristal, et demandant :

 

_Comment faire pour que la magie opère ?

_Il faut attendre la nuit, puis la lune, quand celle-ci illuminera l’oiseau, la magie opérera.

 

Tomi déposa l’oiseau sur un tapis de mousse et la nuit arriva très vite. La lune toucha l’oiseau, qui se transforma en une fée, vêtue de mille feux. De sa baguette magique, elle fit un geste, en prononça la formule et l’oiseau bleu retrouva son aile. La fée disparue comme par enchantement et l’oiseau de cristal avec. Tomi et Djim accompagnèrent l’oiseau bleu à la porte du château.  Le peuple qui avait eu vent de la découverte et qui connaissait les pouvoirs du cristal, ouvrirent les portes et acclamèrent de nouveau leur roi. Par gratitude, l’oiseau bleu offrit à ses sauveurs un collier de pierre précieuse et lés fit raccompagner en carrosse, dans leur Village. Les deux amis étaient fiers d’avoir aidé l’oiseau bleu, une belle aventure à raconter à leurs amies. Le trésor avait dit Tomi, c’était peut-être l’oiseau de cristal.

 

 

 

 

 N°4 : Au secours de Luce,

 

 

 

Quelques jours après avoir fêté son retour avec Misse, Tomi pensait à la petite luciole, qui l’avait reconduit chez lui. Bien sûr, il l’avait remercié, mais Tomi aurait voulu lui rendre la monnaie de sa pièce. Enfin se disait-il : un jour j’aurais peut-être une occasion. Il ne croyait pas si bien dire… Ce soir-là, il s’était couché tôt, sur un les coussins moelleux du sofa, en pensant à Miss sa douce princesse et il s’était endormi. En face de lui, une fenêtre donnait sur le jardin, d’où il pouvait voir le ciel étoilé. Dans la nuit, il fut réveillé en sursaut, car on toquait au carreau, c’était Luce la petite luciole, Tomi alla lui ouvrit la fenêtre.

_Bossoir Tomi, je suis désolée de venir te déranger si tard.

 _Coucou Luce, tu ne me dérange pas, je ne dormais que d’un œil.

_je suis venue te demander de l’aide.

_Bien sûr, mais pourquoi ?

 _ Pour retrouver la clef de la source, qui alimente la fontaine de mon Village. Nestor le gardien qui l’entretien là  égaré et si nous ne la retrouvons pas avant l’aube, tout le Village sera assoiffé.

C’était l’’occasion pour Tomi et ni une ni deux, il sauta par la fenêtre et suivi Luce. Une fois arrivés sur la place du Village, les deux amis s’étaient séparés, cherchant chacun de leur côté. Tomi avait rencontré Milord, le chat du boulanger qui était toujours aussi grincheux.

 

 _Tu n’aurais pas trouvé une clef.

 _Une clef ?et même, j’en aurais fait quoi.

 

 Tomi n’insista pas et reprit son chemin. De son coté, Luce avait croisée Ivon le raton laveur.

 

 _Bonsoir Ivon.

 _Bonsoir, tu veux dire bonjour plus tôt, l’aube ne va pas tarder.

 _Justement, il faut faire vite.

 _Mais de quoi parles-tu ?

 _je suis à la recherche de la clef de la source avec Tomi.

 _La clef d’la source ! Ça m’dit quelque chose, réfléchissons. J’y suis, j’ai vu Pilou le petit renard il portait une clef au cou.

_Tu penses que c’était la clef de la source ?

_je crois, car hier dans la soirée, j’ai vu Nestor occupé à la source, il a dû la perdre la bas, Pilou n’était pas loin.

 _Tu sais où il se cache Pilou ?

 _Oui.

 _Alors viens avec moi, faisons vite.

 

 Pendant ce temps-là, Tomi avait fouillé de fond en comble tout le Village. Sur le chemin qui les menaient au repère de Pilou, Luce et Ivon l’avaient croisé. Ivon connaissait l’endroit ou Pilou se terrait. A la lisière du bois doré près du grand sapin. Une fois arrivé sur place, ils trouvèrent Pilou endormi avec  la clef autour du cou. D’un coup de patte Tomi le réveilla et Pilou sursauta, en se demandant ce qui se passait :

 

 _Mais que faites-vous là ?et toi Tomi pourquoi ce coup de patte ?

  _Nous n’avons pas le temps de discuter, ou as-tu eu cette clef ?

 _Ben, j’l’ai trouvé.

 _Ou ça.

 _Près de la source.

 _Donne là moi, c’est la clef de la source, il faut faire vite, l’aube pointe.

 

 Pilou hébété, n’y comprenait rien, mais il donna la clef et retourna se coucher. Tomi et ses amis filèrent comme l’éclair à la source, qui se trouvait à quelque pas du repère de Pilou. Sur la place du Village ou se trouvait la fontaine toutes les âmes étaient réunies. Tomi mit la clef dans la serrure et là… ils entendirent le ruissellement de l’eau. Ouf, fit Luce, allons vite à la Fontaine. Elle coulait de nouveau,  Luce, Tomi et Ivon furent acclamés en héros, sous les applaudissements de tous.

 

 

 

 

 

 

 

 



28/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi