Poète Marieka-p

Poète Marieka-p

Complainte du pauvre,

Complainte du pauvre,

 

 

Pauvreté, tu es ma compagne

Aussi fidèle qu’un clébard

Tous les matins tu m’serres la poigne

Quand j’sorts du lit de mon cauchemar,

 

Et quand devant mon café noir

J’te fais la gueule un peux blafard

Tu vas faire un tour sur le trottoir

Histoire d’adhérer tes cafards,

 

Pendant s’tant là devant ma tasse

Je m’imagine au fond d’un puit

En grignotant un bout carcasse

Un reste vieux d’hier midi,

 

Et puis j’me dis, ce n’est pas la peine

D’aller m’jeter dans ce tour noir

Même si au fond, j’aimerais quand même

Puisque ma vie est désespoir,

 

Et revoilà ma chère compagne

Avec son armé de cafards

Cette pauvreté qui m’accompagne

Sur mon chemin un peux blafard

 

C’est grâce à elle que je survie

Même si des fois ce n’est pas facile

Car elle me rappelle que la vie

Vaut d’être vécue, même sur fil.

 

 

 



29/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi