Poète Marieka-p

Poète Marieka-p

Bleu abstrait


femme 2.jpg

Quand le ciel matinal mon chevalet en main

J’allais le cœur radieux retrouver st germain

Je croisais cette femme au regard de velours

J’avais le feu à l’âme et l’œil un peu vautour,

 Quand  j’croisais son regard dont je m’étais éprise

 J’connaissais pas sa vie et encore moins ses nuits,

Sur le  pont de st Jean ou s’aimaient  les amants

Elle traversait le soir d’un pas gracieux et lent,

 Vêtue de ses dentelles parfumées de chanel

Elle m’inspirait l’amour aux couleurs aquarelles

Derrière mon chevalet je peignais ses attraits

Et ce regard si bleu qu’il me semblait abstrait,

 Elle ignorait mes gestes et passait sans me voir

Mais un jour les nuages se sont mis à pleuvoir

Elle s'approcha de moi au pied du chevalet

Et d’une main gantée me tendit un bouquet,

 Un murmure timide me souffla chère amie

J’connais pas votre vie et encore moins vos nuits

Mais je ressens  l’espoir d'un premier rendez vous

Alors, chère demoiselle mon cœur est à genoux.

 

 



26/03/2014
0 Poster un commentaire